Animations pendant l’exposition

Fragments | Cécile… | … & Friends | Infos pratiques

|


Carla Brülhart aux tablas
Carla Brülhart aux tablas

Carla Brülhart joue «Fragments de rythme»

Vendredi 17 octobre à 17h, à l’Espace Kairos (durée: 30 minutes)

Affichette de présentation: Fragments de rythme (pdf, 100kB)

Carla Brülhart, éta­blie à Fribourg, s’est spé­cia­li­sée dans la per­cus­sion après avoir tou­ché à dif­fé­rents autres ins­tru­ments et au chant clas­sique. Elle a par­ti­cipé au pro­jet afro-suisse «dou­gou­man­dira», s’est pro­duite en duo avec le bala­fo­niste bur­ki­nabé Mamoudou Diarra et a fondé le groupe «bala­to­nic», qui fusionne la musique actuelle et la musique africaine.

La curio­sité et la fas­ci­na­tion pour la musique indienne l’ont  ame­née à l’étude des per­cus­sions indiennes. Dans ses pro­jets elle asso­cie les tablas à d’autres per­cus­sions et matières sonores. Elle com­pose et joue des pièces avec le quar­tet samu­krita et le trio tala­mani.
Elle écrit des com­po­si­tions pour tabla et vio­lon et les joue avec la vio­lo­niste Sabrina Morand. Elle accom­pagne la chan­teuse Sylvie Bourban avec un set consti­tué de tablas et petites percussions.

Musicienne protéiforme aux talents multiples, Carla participe à de nombreux projets musicaux, enseigne la per­cus­sion, la bat­te­rie et les tablas à l’école Musica Viva, à Fribourg, com­pose et arrange la musique pour ses dif­fé­rents pro­jets dans le domaine de l’ethnojazz et du jazz. Elle com­pose aussi des thèmes pour ses élèves.

Elle vient de terminer un nouvel album,  «Valses fanées», dont le vernissage aura lieu à La Spirale, à Fribourg, le samedi 22 novembre:

Valses fanéesPour le vernissage de son disque, la percussionniste fribourgeoise Carla Brülhart nous a concocté quelques pièces originales dans l’univers mélodieux des valses. La rencontre insolite entre piano, violon, clarinette et guitare se conjugue à la légèreté et à la richesse rythmique des tablas indiens. Une musique du 21ème siècle, véritable conjonction entre le monde du classique et du jazz.

Un certain nombre d’exemplaires de «Valses fanées» sont disponibles à l’achat lors de l’exposition à l’Espace Kairos.


Affiche de l'exposition Fragments d'histoires (2014)

Cat’s Eye joue ses nouveaux titres «unplugged»

Dimanche 5 octobre à 14h, à l’Espace Kairos (durée: 30 minutes)

Cat’s Eye, alias le talentueux musicien-compositeur Benoît Perriard, viendra chanter pendant l’exposition «Fragments d’histoires», et ce «unplugged», comme disent nos amis de l’autre côté de la Mare.

Actif depuis de nombreuses années sur les scènes fribourgeoises et d’ailleurs, Cat’s Eye est passionné par la musique. Son coup de griffe très personnel se place à la croisée du rock et du folk. Il compte déjà trois albums à son palmarès, sans parler de son activité précédente au sein du groupe Air Sonic.

Cat’s Eye vient par ailleurs de poser les touches finales à son nouvel album, «The Many Lives», en collaboration avec le mythique Gerry Leonard, guitariste de David Bowie. Le vernissage de ce nouvel opus aura lieu le 28 novembre prochain au Nouveau Monde, à Fribourg (à vos agendas!).

Si vous avez le coup de foudre pour sa musique pendant son concert, Cat’s Eye aura à disposition quelques CDs de ses précédents albums. Si vous le lui demandez gentiment, peut-être qu’il y apposera même une empreinte de sa patte pour vous.

C’est d’autant plus un plaisir que de l’accueillir au cours de l’exposition, que de nombreuses illustrations de Cécile ont été réalisées avec la musique de Cat’s Eye en toile de fond. D’ailleurs, Cécile a eu le plaisir de « mettre en images » une des chansons du Chat en 2012:


Gouezela lit des extraits du «Retour d’Achal Kaalum»

Samedi 27 septembre à 17h, à l’Espace Kairos (durée: 30 minutes)

Gouezela est sorcière en la verte sylve de Bogiva Isato, sise dans le Bienheureux Royaume. Occupée à son jardin et à la confection de confitures à la belle saison, elle réserve ses hivers au tricotage de bouts de laine. Au cours de ses aventureuses promenades dans ce royaume mythique, elle a franchi une porte qui l’a portée dans notre espace-temps, au cœur d’une contrée agreste du Pays de Neuchâtel. S’y sentant à son aise, elle y a élu domicile et y coule des jours pas si paisibles que ça.

De son pays rêvé, elle a ramené moult histoires qui se bousculent dans sa tête jusqu’à réclamer à grands cris de s’extirper de cette prison étriquée en se glissant par le bout de ses doigts.

Ainsi est né «Le retour d’Achal Kaalum», à l’instant même où deux enfants faisaient éclater des pétards dans des pommes, à l’aplomb des fenêtres de la sorcière. Cette petite historiette, qui devait transfigurer des personnages de chair et d’os en valeureux héros, a finalement pris plus d’ampleur qu’attendu et est devenue une compagne de voyage pendant quatorze années. Parfois prolixe et envahissante, parfois distante et muette, la petite voix qui susurrait les aventures d’Avenok le rouquin a suivi Gouezela sur son chemin de vie.

Cette Magicienne des mots a eu la grande chance de croiser, sur les routes poussiéreuses du Bienheureux Royaume – ou du Val-de-Ruz, qui sait ? – une Nymphe des images en la personne de Cécile, complice d’univers fantasmé et toute première lectrice d’affabulations héroïques. Inspirée par la geste d’Achal Kaalum, Cécile a entreprit de l’illustrer talentueusement. Qu’elle soit ici chaleureusement remerciée!

la pommeQu’elle fut douce cette infime détonation ! Pour Achal Kaalum le démon, l’explosion d’un innocent pétard résonne comme l’hymne de la liberté. Pourtant, ces mille années de séquestration s’achèvent sur un amer constat : les sortilèges de Sauyi-zgiR demeurent suffisamment efficaces pour le cloîtrer dans les Quatre Vaux. Qu’à cela ne tienne, le démon se servira du jeune Avenok – un rouquin d’à peine douze ans – pour récupérer un objet volé jadis par le Chevalier Ecarlate. Le précieux sauf-conduit en main, il pourra déferler à sa guise sur le Monde des Humains et régner en Maître, cruel et impitoyable.

Néanmoins, la quête du jeune garçon ne sera pas aussi aisée qu’Achal l’escompte. Quoique désormais défunt, Sauyi-zgiR a pris ses précautions pour brouiller les pistes et prévenir toute velléité d’évasion. Sur sa longue route, l’enfant fera de troublantes rencontres que la mémoire perdue des humains ne l’avait pas préparé à appréhender. En qui dès lors placer sa confiance et sa destinée ? Sa périlleuse mission ne rique-t-elle pas de porter préjudice à ceux qui embrassent sa cause ? Il aura pourtant besoin de l’aide de la fougueuse Venoulia pour retrouver une mytique forteresse recelant plus d’un secret et du soutien du téméraire Anders pour traverser le Royaume de Span. Quant à Gwienna l’Archiviste, elle le rejoindra en passant par le Premier Monde, domaine de magie où elle devra accepter un sacrifice longuement différé.

Une histoire est faite pour être partagée et Gouezela a fort envie de vous faire voyager au fil de ses mots, sur les plages de son imaginaire, de vous offrir quelques instants d’évasion hors du temps et de l’espace. Le bonheur d’une conteuse est d’apporter du rêve à qui veut bien l’entendre. Alors, fermez les yeux et laissez-vous emporter le 27 septembre.

Un exemplaire en deux tomes du «Retour d’Achal Kaalum» sera mis en consultation à la galerie tout au long de l’exposition. Si d’aventure vous étiez par l’odeur alléché, vous pouvez obtenir une version du roman en format pdf sur simple demande à l’adresse suivante: gouezela@gmail.com


Fragments | Cécile… | … & Friends | Infos pratiques

Illustratrice